Calendrier

Evènements à venir

Evènements passés

2013-10-08Géographie militaire et hautes technologies


GEOGRAPHIE MILITAIRE ET REVOLUTION TECHNOLOGIQUE :



La nouvelle géographie militaire au XXIe siècle



 



Séminaire de recherche 2013-2014



Organisé par Philippe Boulanger (Professeur, Institut français de géopolitique)



 



En partenariat avec l’Ecole normale supérieure de Paris (département de géographie),



Laboratoire Centre d’analyse et de recherche en géopolitique-Institut français de géopolitique



Cassidian (EADS)



 



Ecole normale supérieure de Paris



29 rue d’Ulm (Ve arr.)



Salle 235



Mardi de 17h à 19h



 



            La géographie est une forme de soutien aux stratèges dans les opérations militaires. Depuis l’Antiquité, tous les grands penseurs de la stratégie prennent en considération le facteur géographique, physique et humain, pour concevoir la manœuvre globale. Jusqu’à aujourd’hui, les formes d’emploi de la géographie militaire ont considérablement évolué, avec des outils de connaissance plus diversifiés et performants. De la cartographie à l’image satellite, l’analyse du milieu physique et humain s’est approfondie grâce à des services dédiés à cette fonction de la connaissance et de l’anticipation dans toutes les armées des pays occidentaux comme des pays émergents.



            La géographie militaire est marquée aujourd’hui par une nouvelle rupture conceptuelle et technologique. Les compétences, les savoir-faire, les outils de connaissance géographique connaissent des évolutions majeures, inédites dans l’histoire de la géographie militaire. Cette nouvelle impulsion résulte d’une combinaison de facteurs structurels et conjoncturels. Le contexte international est marqué par des évolutions géopolitiques qui s’accélèrent : le déplacement du centre de gravité géostratégique vers l’Asie, la lutte contre le terrorisme internationale, la compétition économique entre puissances dans une période de crise financière, la mondialisation croissante de tous les flux, qu’ils soient matériels ou immatériels. Ces différents aspects contribuent à redéfinir l’utilité de la géographie au profit de l’emploi des forces. La synthèse des informations à différentes échelles géographiques et la capacité d’analyse s’améliorent pour répondre à l’urgence de connaissance sur une situation de crise ainsi qu’à celle d’anticiper toute action politico-militaire.



Parallèlement, la recherche universitaire et celle des entreprises privées conduit à repenser la place du facteur géographique dans les systèmes d’armes et sa finalité dans l’emploi des forces. De nouveaux programmes sont en cours de développement mettant en évidence la nécessité de maîtriser les données GHOM (Géographie, Hydrographie, Océanographie, Météorologie). Les recherches menées par les entreprises du secteur de la défense, comme Cassidian, Dassault-Aviation, entre autres, contribuent en grande partie à moderniser ces outils.



            Quelle est cette nouvelle géographie militaire conçue et mise en œuvre au XXIe siècle ? L’intérêt de ce séminaire est d’approfondir cette approche qui montrera que la connaissance des données techniques de la géographie militaire ne suffit plus et doit être complétée par de nouveaux éléments intégrés à ces programmes. Les données humaines (culture communautaire, religion, démographie, pratiques linguistiques entre autres) sont pleinement prises en compte. Leur conception dans les nouveaux programmes industriels montre une complémentarité entre les savoirs techniques et ceux d’analyse géopolitique. Les formations universitaires, dont celle de l’Institut français de géopolitique de l’Université de Paris VIII, viennent compléter ainsi des formations axées sur l’ingénierie liée à l’espace physique.



            Ce séminaire de recherche qui fait appel à différents acteurs de la géographie militaire répond à trois objectifs : 1- expliciter l’importance de la géographie militaire comme un outil de puissance, qui amène à comprendre la place croissante du GHOM dans les armées ; 2- explorer les formes d’exploitation de la géographie militaire comme un soutien aux forces en opérations ; 3- aborder la relation entre la nouvelle géographie militaire et le renseignement.



            Ce séminaire de recherche est organisé par Philippe Boulanger, Professeur à l’Institut français de géopolitique (Université Paris VIII) en partenariat avec l’Ecole normale supérieure de Paris et Cassidian (EADS). Il se tiendra un mardi par mois, de 17h à 19h, en salle 235 à l’Ecole normale supérieure de Paris.



 



 



 



Ecole normale supérieure de Paris



29, rue d’Ulm (Ve arr.)



Mardi de 17h à 19h, salle 235



 



Mardi 8 octobre : Introduction par le Professeur Philippe Boulanger.



« La géographie militaire au XXIe siècle : de nouvelles frontières pour la Base Industrielle et technologique Française » par Alexandre Papaemmanuel (Responsable de compte, Fonction renseignement, Cassidian-EADS).



 



Mardi 12 novembre : « Les défis de la géographie militaire » par le Colonel Philippe Arnaud (Directeur du Bureau géographique, hydrographique, océanographique et météorologique, Ministère de la défense).



 



Mardi 10 décembre : « Nouveaux besoins de la composante Air en géographie militaire – nouvelles technologies et adaptation des solutions industrielles », par Thierry Rayet (DGSM/Directeur de l'Ingénierie du Soutien, Dassault Aviation) et Gilles Bourbon (Ingénierie du Soutien, ingénieur en géographie militaire, Dassault Aviation).



 



Mardi 14 janvier : « La géographie militaire et les hautes technologies de demain » par Catherine Ganne (responsable architecte de capacité géo, Direction générale de l’armement, Ministère de la Défense).



 



Mardi 4 février : « La production de données géographiques dans les programmes d'armement » par Marilyne Guevel (Directrice de Programme GEODE 4D, Direction générale de l’armement, Ministère de la défense).



 



Mardi 4 mars : « De la carte papier aux services géospatiaux, l'expérience de Cassidian dans le domaine de la Géographie de Défense » par Bernard Kientz (responsable du département Geo Int, Cassidian).



 



Mardi 1e avril : « Les enjeux croisés de la géographie de défense entre civils et militaires » par Thierry Rousselin (Consultant en Géointelligence, Geo2012).



 



Mardi 6 mai : « La géographie militaire au Centre de planification et de gestion des crises de la Gendarmerie nationale » (Lcl Thibaut Lucazeau, Centre de planification et de gestion des crises, Gendarmerie nationale).



Conclusion du séminaire par le Professeur Philippe Boulanger


2014-09-01Geospatial Intelligence et information géographique numérique


 



Geospatial Intelligence et information géographique numérique



Représentation cartographique et révolution numérique



Séminaire mensuel 2014-2015



 



Sous la direction de Philippe Boulanger



(Professeur à l’Institut français de géopolitique, Université Paris VIII)



En partenariat avec le département de géographie de l’Ecole normale supérieure-Ulm et Airbus Defense and Space



 



Ecole normale supérieure de Paris



45 rue d’Ulm (Ve arr.)



Amphitéhâtre Rataud



Mardi de 17h30 à 19h



Entrée libre et sans réservation



 



 



Le Geospatial Intelligence est un objet d’étude incertain qui n’est pas reconnu par la géographie universitaire. Il n’existe pas de penseur du Geoint aujourd’hui à l’échelle mondiale. La notion existe pourtant. A l’origine, elle apparaît dans la nouvelle conception des modes de représentation spatiale par les ingénieurs militaires américains à partir de l’information géographique numérique.



Ces nouveaux modes de représentation spatiale créent de nouvelles normes non seulement pour la fabrication de la carte mais aussi dans la manière de s’approprier l’espace et de comprendre les rivalités de pouvoirs entre acteurs sur un territoire donné. Ces nouvelles normes se veulent plus précises grâce à la géolocalisation en temps réel, notamment à partir de l’imagerie spatiale, pour les systèmes d’armes (les missiles par exemple) et pour la géosurveillance dont l’efficacité a été rappelée lors de l’affaire Snowden en 2013.



Depuis le milieu des années 2000, une nouvelle révolution technologique se fait jour. L’usage de la cartographie numérique entre dans le grand public avec de nouveaux acteurs (Google, Microsoft, etc.) faisant du crowdsourcing un véritable pouvoir et un nouvel enjeu géopolitique de contrôle des territoires. La notion de Smart cities (la gouvernance de l’espace urbain à partir de l’information géographique numérique) en constitue l’un des aspects parmi d’autres. La société civile adopte ces nouveaux outils de géolocalisation tandis que les experts militaires du Geoint, à l’origine de cette notion, doivent produire de nouveaux programmes innovants. Le sujet apparaît donc d’actualité comme en témoignent les premières réflexions en cours apportées par les intervenants d’un séminaire mené, en 2013-2014 à l’Ecole normale supérieure, sur le thème de Révolutions technologiques et géographie militaire.



Ce séminaire tend à :




  1. expliciter la notion de Geoint par les différents acteurs de la géolocalisation (industrie de défense, acteurs étatiques, aménageurs du territoire en particulier).


  2. explorer les formes d’exploitation du Geoint sur un plan sécuritaire, économique et socio-culturel en particulier.


  3. aborder la relation entre l’information géographique numérique en pleine évolution actuellement et l’analyse géopolitique.



 



Ce séminaire a pour objectif d’approfondir la connaissance sur le lien entre la représentation de l’espace par la carte et la révolution numérique en faisant intervenir des spécialistes du Géospatial Intelligence. Il est organisé par Philippe Boulanger, Professeur à l’Institut français de géopolitique (Université Paris VIII) en partenariat avec l’Ecole normale supérieure de Paris. Il se tiendra un mardi par mois, de 17h30 à 19h, en salle x à l’Ecole normale supérieure de Paris.



 



7 octobre : « La Direction du renseignement militaire, centre interarmées du Geospatial Intelligence », par Christophe Gomart (Directeur du renseignement militaire, Ministère de la Défense).



4 novembre : « L’observation spatiale : un outil stratégique pour la géographie et le renseignement » par Jean-Daniel Testé (Directeur du Centre interarmées de l’Espace, Ministère de la Défense).



2 décembre : « Nouveaux acteurs, nouvelles pratiques … comment se projeter (ne serait-ce qu’) à  5 ans ? » par Thierry Rousselin (Directeur de la stratégie, Magellium).



13 janvier : « Le concept GEOINT américain et la spécificité nationale industrielle française » par Alexandre Papaemmanuel (Responsable Grand Compte, Fonction renseignement, Airbus Defense and Space) et Eric Morel (Directeur Défense et Sécurité, Airbus Defense and Space).



3 février : « Le tournant de la géographie descriptive et géométrique vers les bases de données intelligentes » par Alain Zumsteeg (Département géographie physique, Direction générale de l’armement, Ministère de la défense).



3 mars : « Les expertises dans le domaine du Geoint et les synergies industrielles » par Philippe Larde (Responsable du département Géospatial Intelligence, Thales Communications and Security).



7 avril : « Geospatial Intelligence : vers une approche dynamique de la cartographie » par Vincent Caillard (chef de projet GEODE 4D, Direction des programmes Defense et Espace, Institut national de l’information géographique et forestière).



5 mai : « Geospatial Intelligence et pouvoir de décision pour un grand groupe français : le cas de Total » par Paul-David Régnier (Responsable  clients  globaux /Total marketing & Services). 


2016-02-21Géographie et sécurité


Géographie et sécurité



Séminaire mensuel 2015-2016



 



Sous la direction de Philippe Boulanger



(Professeur à l’Institut français de géopolitique, Université Paris VIII)



 



 



Ecole normale supérieure de Paris



29 rue d’Ulm (Ve arr.)



Salle Jean Jaurès



Mardi de 17h30 à 19h00



Entrée libre et sans réservation



 



Comment la connaissance géographique contribue-t-elle à analyser les risques et les menaces dans une dynamique prédictive et à mettre en œuvre de nouveaux moyens technologiques pour les anticiper ?



Plusieurs axes de réflexion seront abordés :



1. La conception de l’analyse géographique pour la sécurité nationale



2. Les outils géographiques au service de la sécurité et de la gestion de crise



3. Les perspectives de développement de l’emploi de la connaissance géographique.



Ce séminaire mensuel a pour objectif d’approfondir la connaissance sur le lien entre la géographie, la sécurité et la gestion de crise en faisant intervenir des acteurs de services spécialisés. Il est organisé par Philippe Boulanger, Professeur à l’Institut français de géopolitique (Université Paris VIII) en partenariat avec l’Ecole normale supérieure de Paris. Il se tiendra un mardi par mois, de 17h30 à 19h00, en salle Jean Jaurès (29, rue d’Ulm, étage -1) à l’Ecole normale supérieure de Paris.



 



6 octobre : « L’emploi des outils géographiques en gendarmerie : de l’organisation territoriale à la gestion de crise » par le Général Eric Darras (adjoint du Directeur des Opérations et de l'Emploi de la Gendarmerie Nationale, Ministère de l’Intérieur).



3 novembre : « Géospatial et sécurité » par le Général Jean-Daniel Testé (Directeur du Commandement interarmées de l’espace).



1e décembre : « La géographie et le temps : deux piliers de l’analyse sécuritaire et de la gestion de crise » par Eric Morel (Directeur Défense et sécurité, Geospatial, Airbus Defense and Space)



5 janvier : « L’analyse géographique et la gestion des risques au profit de la Défense civile à partir de l’outil Géostorm » par Christian Sommade (Délégué Général du Haut Comité Français pour la Défense Civile)



2 février : « Le soutien géographique et des systèmes d’information géographique au profit de la sécurité à la Préfecture de Police de Paris » par Antoine Fuchs (Pôle SIG-Préfecture de police de Paris).



8 mars : « L'utilisation par la gendarmerie de la géographie en gestion de crise » par Lcl Thibaut Lucazeau (Direction des opérations, Direction générale de la Gendarmerie nationale, Ministère de l’Intérieur)



5 avril : « Les facteurs (besoins) structurants du développement de la géographie militaire » par le Colonel Philippe Arnaud (Directeur du Bureau Géographie, hydrographie, océanographie et météorologie, Ministère de la défense).



3 mai : « La géographie au service de la sécurité nationale » par Philippe Larde (Thalès Communications-Security)


2016-11-19Géographie militaire : quels besoins pour les armées ?


Géographie militaire : quels besoins pour les armées ?



Séminaire de recherche mensuel



Sous la direction de Philippe Boulanger



(Professeur à l’Institut français de géopolitique, Université Paris VIII)



En partenariat avec le département de géographie de l’Ecole normale supérieure-Ulm et Thalès



Ecole normale supérieure de Paris



29 rue d’Ulm (Ve arr.)



Salle Paul Langevin (1e étage)



Mardi de 17h30 à 19h30



Entrée libre et sans réservation



La géographie militaire française, héritière des grandes réalisations cartographiques depuis le XVIIe siècle, connaît une période de modernisation sans précédent aujourd’hui. Avec l’apport des nouvelles technologies numériques et spatiales, les outils et les savoir-faire ne cessent d’évoluer. Les données numériques géographiques doivent être plus nombreuses et précises sur des surfaces plus étendues pour le fonctionnement des drones et des avions de chasse, des armements de pointe (missiles), des systèmes d’information et de commandement ou des radars de détection. La géographie militaire occupe ainsi une place croissante mais doit répondre à de nouveaux enjeux au profit des armées. Comment prendre en compte les données de géographie humaine pour les besoins opérationnels ? Quels sont les défis de la géographie militaire pour les armées françaises aujourd’hui et dans les prochaines années ?



  Ce séminaire de recherche a pour objectif d’approfondir la connaissance des défis de la géographie militaire française en faisant intervenir des spécialistes. Il est organisé par Philippe Boulanger, Professeur à l’Institut français de géopolitique (Université Paris VIII) en partenariat avec l’Ecole normale supérieure de Paris) et Thalès. Il se tiendra un mardi par mois au second semestre 2017, de 17h30 à 19h30, à l’Ecole normale supérieure de Paris :



21 février : « Besoins et défis de la géographie militaire pour les armées françaises » par le Colonel Philippe Arnaud (Directeur du Bureau Géographie, hydrographie, océanographie et météorologie, Ministère de la défense).



7 mars : « Comment l’Etablissement géographique interarmées répond-t-il aux besoins de géographie militaire pour les armées ? » (titre provisoire) par le Lieutenant-Colonel Frédéric Molle (Chef de corps de l’EGI, Ministère de la Défense).



18 avril : « La géographie militaire et le terrain pour les armées (titre temporaire) » par le Lieutenant-Colonel Dominique Lambert (Chef de corps du 28ème Groupe Géographique)



3 mai : « Géographie militaire et nouvelles technologies : quels besoins pour les armées » par Philippe Lardé (Thalès Communications-Security)


Informations

  • Mentions légales
    • Editeur
      RGH
    • Responsable
      Philippe Boulanger et Nicola Todorov
    • Politique d'édition électronique
      Publication gratuite
    • Périodicité
      Bi-annuelle
    • Année de création
      0000-00-00 00:00:00
    • ISSN électronique
      2264-2617
    • Adresse postale de la revue
      Université de Paris VIII (IFG), 2, rue de la Liberté 93526 Saint-Denis Cedex
    • Courriel
  • Versions
    Version Française
    English Version
    1.0
  • Réalisation
    Projet Annuel - Master Informatique Génie Logiciel
    Université de Rouen 2011 - 2012
Haut de page