Article

n°2 mai 2013 : Géographie historique des paysages en Allemagne:

A propos de la genèse du paysage le long de l’Unstrut inférieure

Mathias DeutschTobias Reeh


Par Mathias Deutsch et Tobias Reeh (Université de George-Auguste de Gottingen, Institut de géographie, Allemagne)



Résumé : cet article tend à traiter de la genèse des paysages sur les rives du cours inférieur de l'Unstrut, sur le bassin versant de l'Elbe, à partir des données géographiques et historiques. Il met en évidence la réappropriation par l'homme, notamment par les moines cistersiens dès le XIIIe siècle, des rives de cours d'eau. La lutte contre les inondations à la fin du Moyen-Age, à l'époque moderne, puis contemporaine, est une constante du travail des populations avec des incidences importantes sur l'évolution des paysages.



Mots-clefs : Elbe, Allemagne, Unstrut, Moyen-Age, époque moderne, époque contemporaine, cours d'eau, inondations, paysages, rives.



 



Introduction



Depuis des millénaires déjà, les hommes se sont installés près des cours d’eau. Sur les rives des ruisseaux, des rivières et des fleuves, on disposait de suffisamment d’eau douce pour des usages domestiques, le jardinage de subsistance et de décoration ainsi que l’agriculture. On y bénéficiait aussi de l’énergie des eaux courantes en y construisant des moulins à eaux pour moudre les grains. Pendant les derniers siècles, même des rivières plus petites, telles que la Saale et l’Unstrut sur les territoires appartenant aux actuels Länder de Thuringe et de Saxe-Anhalt, servaient de voie de communication et de transport. Les différents usages conduisaient forcément « à des modifications aussi bien des propriétés physico-chimiques de l’eau que des caractéristiques morphologiques de cours d’eau. » (Karthe et al. 2010, p. 85). Les recherches sur la genèse des paysages anthropisés accordent à cette réalité une attention particulière. Il est essentiel de comprendre « la composante du paysage qu’est l’eau non seulement comme fil conducteur (par exemple l’hydrologie, génie hydraulique) ou comme objet d’une discipline propre (telle que le droit de l’eau) (Bebermeier et al., 2008), mais explicitement dans le contexte d’un champ de recherche consacré aux relations hommes – environnement » (Karthe et al. 2010, 86). Dans le cadre d’un projet financé par la Deutsche Bundesstiftung Umwelt (Fondation fédérale pour l’environnement), des chercheurs de l’Institut de géographie de l’université Georg-August de Göttingen mènent des études paysagères sur des tronçons sélectionnés des cours de la Saale et de l’Unstrut.



Nous nous proposons ici de retracer à partir de sources textuelles imprimées et manuscrites, iconographiques et cartographiques, les étapes essentielles de la genèse du paysage sur les rives du cours inférieur de l’Unstrut.



1. Données sur l’Unstrut



Quelques indications préliminaires essentielles concernant le cours d’eau étudié s’avèrent nécessaires. L’Unstrut fait partie du bassin-versant de l’Elbe et est le plus grand affluent de la Saale. En tant que rivière principale du bassin de Thuringe et de ses marges sa longueur est d’environ190 km de sa source dans l’Eichsfeld près de Kefferhausen (395 m au-dessus du niveau de la mer) à sa confluence avec la Saale près de Großjena (105 m ).







Carte 1 b



Cartes 1a/b (a) Situation du territoire étudié et (b) cours de l’Unstrut (b) Tracé de l’Unstrut



(Source: cartographie de l’Institut de géographie de l’université de Göttingen)



Selon une étude présentée en 1952 par Ludwig Bauer (1952), on peut distinguer trois tronçons du cours d’eau:



Le cours supérieur (envrion 68 km)



De la source près de Kefferhausen (Eichsfeld) à la confluence avec la Gera (fig. 1)



Le cours moyen (environ 42 km) de la confluence avec la Gera jusqu’à l’affluent de la Wipper, près de Sachsenburg (fig. 2)



Le cours inférieur, qui correspond à notre espace d’étude « Basse Unstrut »



 



De la confluence avec la Wipper jusqu’à Großjena où l’Unstrut se jette dans la Saale (fig. 3)



 



La pente d’ensemble ne s’élève qu’à 1,53%. Mis à part un court secteur sur le cours supérieur, l’Unstrut peut être qualifiée de rivière de plaine. La Gera, la Wipper et l’Helme sont ses affluents les plus importants. Son bassin-versant s’étend sur 6350 km2 de la forêt de Thuringe, du Hainich, du plateau de l’Eichsfeld et du Harz au bassin de Thuringe, en situation d’abri orographique. Son bassin-versant est caractérisé par des précipitations élevées dans la forêt de Thuringe et dans le Harz et par de faibles précipitations dans le bassin de Thuringe. Sur les crêtes de la forêt de Thuringe, les précipitations annuelles moyennes pluri-décennales atteignent 1200 mm. Le bassin de Thuringe avec ses plateaux bordiers jouissent d’une situation d’abri sèche et chaude grâce aux moyennes montagnes du Harz et de la Forêt de Thuringe. Les précipitations moyennes annuelles se situent ici entre 450 et 510 mm (Deutsch, 2007). Les niveaux d’eau les plus élevés pendant les mois d’hiver, avec des maxima d’écoulement au mois de mars et l’étiage pendant le mois d’août et de septembre, caractérisent le régime de l’Unstrut. De nombreux facteurs naturels, comme la faible perméabilité des roches et la faible pente du bassin versant peuvent être considérés comme favorables à l’extension importante des inondations (Bauer 1964, p. 536).



Dans le passé, les actions humaines, telles que la construction de digues, dans un premier temps de manière non coordonnée, provoquait une augmentation du risque de crue. Ainsi, à la borne de Straußfurt, on a enregistré, entre 1888 et 1950, 303 événements de crue, dont 225 (soit 74%) entraînèrent des débordements. L’Unstrut est ainsi le cours d’eau présentant le danger d’inondation le plus élevé en Allemagne centrale ( cf.Kugler & Schmidt, 1988). La surface menacée de submersion dans toute la vallée de l’Unstrut atteignait environ 23220 ha avant l’achèvement des travaux hydrauliques d’envergure (vers 1950). (Bauer 1952, p. 20) (voir fig. 4)





 



Figure 1 Source de l’Unstrut dans l’Eichsfeld près de Kefferhausen (Thuringe), photo M. Deutsch, Janvier 2013